Première pour les Rencontres Promeo. La nouvelle économie selon Philippe Dessertine

Opportunités dans un monde qui change et se numérise.

P. Dessertine et O. Ganivenq               (Président Promeo)

C’est au Réservoir de Sète, le mercredi 17 Avril dernier, que s’est déroulée la première édition des Rencontres Promeo. Organisées par Olivier et Gilbert Ganivenq, les Rencontres Promeo sont des conférences menées, chaque semestre, par des experts qui, grâce à leur oeil novateur, apportent une vision éclairée sur des sujets d’actualité. En initiant ces rencontres, l’objectif du Promoteur est de partager avec ses partenaires sa vision optimiste et son engagement dans les domaines de l’art, de l’environnement et des nouvelles technologies. Le tout, dans un endroit atypique différent pour chaque édition et propice à des échanges conviviaux en toute humilité.

A cette occasion, c’est M. Philippe Dessertine, économiste et conférencier international, qui a ouvert le bal des Rencontres Promeo en s’exprimant sur les opportunités d’un monde qui se numérise et l’avenir optimiste de l’économie mondiale. Bien que le cycle économique soit ralenti, les économistes français restent positifs et sont convaincus que le monde, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est en pleine mutation vers une quatrième révolution industrielle.

Qu’est-ce que ça veut dire ?  Si la notion de révolution industrielle nous semble lointaine, nous évoluons pourtant chaque jour grâce aux innovations qui se sont succédé les unes aux autres, au cours de l’Histoire. La sidérurgie, l’électricité ou encore le nucléaire sont des témoins de l’évolution de notre Monde. Mais pour la toute première fois, cette révolution n’est pas énergétique : elle est mathématique. Il s’agit du numérique.

Chaque révolution s’opère en douceur. Celle que nous connaissons aujourd’hui a commencé il y a quelques années lorsque le répertoire de notre mobile s’est substitué aux annuaires téléphoniques. Oubliés les appels en PCV passés depuis les cabines téléphoniques, le mobile a progressivement révolutionné notre quotidien.

Le constat

Les générations actuelles font face à des problématiques telles que le dérèglement climatique, la pression démographique et les nouveaux modes de consommation. Afin de les solutionner, cette quatrième révolution s’opère en deux temps : déconcentrer puis rationaliser, notamment grâce à l’aide de l’intelligence artificielle.

Déconcentrer les populations

Nous n’avons jamais été aussi nombreux sur la planète et cela n’est pas prêt de s’arrêter. Ce n’est un secret pour personne : plus une population est concentrée, plus elle pollue. Pour autant, nous avons longtemps eu l’habitude de concentrer les populations au même endroit, dans des villes, dans des buildings. L’un des objectifs aujourd’hui est de déconcentrer.

Cela se traduit notamment par la création massive d’espaces de coworking, dédiés aux start-ups mais surtout aux employés, qui n’auront plus besoin de faire des heures de transport pour arriver au bureau. Une mesure parmi tant d’autres, qui permet de réduire drastiquement la production de CO2 et de contribuer à la transition écologique. De même, la déconcentration se traduit par le développement des zones rurales. Finis les projets d’agrandissement des villes, l’exode est à la mode : on quitte les villes pour la campagne.

Rationaliser les comportements

Après la déconcentration, vient l’objectif de rationalisation, possible grâce à l’Intelligence artificielle. Pour mieux comprendre, il suffit de se pencher sur la quantité ahurissante et croissante du nombre de mails échangés chaque jour dans le monde : 300 000 milliards dont 80% ont été jugés inutiles. Parmi les 20% restant, 90% sont destinés à des personnes surqualifiées par rapport au mail reçu. Ou veut-on en venir ? Philippe Dessertine nous explique simplement que si l’on rattache ce constat au milieu de la santé, cela revient à dire qu’un Professeur en médecine, dont le métier est de sauver des vies, est contraint d’utiliser du temps à perte pour répondre à des mails inutiles. Si cela semble totalement absurde, c’est pourtant bien la réalité des faits. C’est donc à ce niveau qu’intervient l’intelligence artificielle : rationaliser les modes de fonctionnement, et ce, quelque soit le domaine.

Les choses changent. Ce qui était valable hier ne l’est plus aujourd’hui. Et ce qui l’est aujourd’hui, ne le sera plus demain. En revanche, ce dont on est sûr selon Philippe Dessertine, c’est qu’il est nécessaire d’anticiper les besoins de demain pour y répondre. Et c’est en cela que réside le nouveau challenge des acteurs de l’économie mondiale : l’innovation.